"En Marche pour la vie" de Michèle Forestier m'a justement été conseillé afin de me permettre de comprendre le processus du développement moteur chez bébé.

9782849210680

   C'est un livre très facile d'accès, pas besoin d'être pédiatre ou éducateur de jeunes enfants pour en comprendre le sens.

Il fonctionne un peu comme un journal de bord avec de nombreuses photos suivies de légendes.

Ce qui m'a plu c'est l'aspect prévention qui en ressort avec les conséquences encourues si l'on assoie bébé trop tôt, si on s'obtine à vouloir le faire marcher alors qu'il n'est pas capable de le faire seul, si on laisse bébé enfermé dans le parc alors qu'il est déjà accro aux quatre pattes, si on met bébé dans le transat par habitude ou dans un anneau de bain par crainte...

Scan

    J'ai aussi particulièrement aimé certaines phrases du livre, du type:

_"Mais le risque est de précipiter l'enfant dans son évolution: ce n'est pas à l'adulte de décider du moment où il fera ses premiers pas"

_"Etre parent, c'est aussi accepter très tôt que son enfant puisse être heureux sans l'intervention constante de l'adulte"

_"Ce n'est pas parce qu'il marche tôt que l'enfant réussira mieux sa vie!"

_"laissez lui le droit d'évoluer selon son propore rythme"

_"Aimer son enfant, ce n'est pas le surprotéger, c'est le préparer à affronter la vie, avec ses difficultés"

   J'y ai appris l'inutilité des coussins, les inconvénients des tours de lit, des mobiles suspendus, les problèmes physiologiques que provoquent les youpalas et trotteurs et ai découvert que les meileurs jouets de bébé les premiers mois sont ses mains et ses pieds (c'est cool car c'est livré avec le paquet d'origine!)

   Mon seul bémol concerne d'une part le sujet des barrières d'escaliers. J'en comprends l'utilité en collectivité ou si l'on a plusiseurs enfants en bas âge car il est difficile d'avoir les yeux partout à la fois. Mais pour un seul enfant, je préfèrerais vraiment accompagner, expliquer plutôt que prendre le risque qu'un jour, nous oublions de la fermer ou que bébé trouve l'astuce pour l'ouvrir dans le but de gravir les marches sans y avoir été préparé en toute sécurité.

Nous en reparlerons quand le Lutin sera en âge de les gravir, nous verrons si mon opinion change sur le sujet!!!

D'une autre part, une fois que l'on a pris conscience des risques encourus par bébé en trotteur, je trouve surprenant que l'auteur valorise les chariots de marche. Pour moi, le problème est exactement le même, c'est à dire, qu'il déforme la notion de bébé par rapport à son propre corps et que dans la réalité nous ne marchons pas en nous appuyant sur nos bras!

   Bref, je veux bien votre avis sur le sujet!